Ne pas confondre Common Law (système de lois) et Common Law – le collectif de justice !

Qu’est-ce que la condamnation de Bill Gates, Fauci et de la reine d’Angleterre par la Common Law, la Cour Internationale de Justice de la Common Law ?

Depuis plusieurs mois, on voit fleurir sur les blogs, forums et divers réseaux des messages mentionnant des « arrêts de tribunaux », des « condamnations » de personnes comme Bill Gates, la Reine d’Angleterre, Hillary Clitnon, Anthony Fauci (etc.). De belles déclarations fracassantes… alors que ces personnes vivent tout à fait normalement, d’ailleurs.

Alors qu’en est-il ? Dès le début, j’ai pensé à un collectif citoyen qui décrétait cela de sa propre initiative. Hier, ayant encore entendu parler de ces « bombes informatives », je me suis penché plus avant sur ce « Common law ».

Voici ce que j’ai découvert au sujet de la Common law et de la Common Law court appelée aussi : La Cour Internationale de Justice de la Common Law ( ICLCJ)

Déjà, il y a une confusion entre la Common law et de la Common Law court. Voici la différence.

1- La Common Law.

La Common Law est un système de création et d’application de lois spécifique au monde anglo-saxon. Un système de lois et de justice officiel. Comme nous avons en France un système de justice varié avec : les assises, les correctionnels, les prudhommes, les tribunaux administratifs, etc. Dans le monde anglo-saxon, ils ont aussi différents systèmes d’administration de la justice dont la « Common Law » est un des systèmes.

2- Common Law court.

D’après mes recherches, il s’agit d’un tribunal citoyen ou un tribunal populaire (une association si vous voulez) créé par une ou plusieurs personnes en 2012. Il s’agit probablement de Canadiens, vu que les personnalités condamnées par ce tribunal populaire (à sa création) étaient entre autres le premier ministre canadien Stephen Harper, Elizabeth Windsor, « reine d’Angleterre » (souveraine du Canada et de l’Australie).

Quoi qu’il en soit, le ou les fondateurs ne sont pas nommés.

Leur objectif déclaré : défendre les peuples contre les tyrans. Voici leur site actuel (du moins, je le suppose, car je n’ai pas connu les anciennes versions) : https://commonlaw.earth/what-is-common-law/

Que fait cette common Law court ?

Apparemment, elle rend des décisions de justice selon ses propres conditions d’exercice. Sur son site, il est écrit qu’elle convoque les personnes incriminées à répondre aux questions de leur tribunal (en visio conférence).

Que penser de cette common Law court ? Quelles conséquences judiciaires ?

C’est une excellente initiative que d’interpeller de hauts criminels comme Bill Gates de venir répondre de ses actes devant un tribunal populaire. Mais quelles conséquences en terme judiciaires ? Je vais êtes franc. Malheureusement, aucune.

Nous aussi, durant les manifs, nous avons fait des procès à ciel ouvert et à main levée contre Macron et Véran… Condamnés tous deux à l’unanimité. Quelles conséquences ? Strictement rien, évidemment. Ce n’est que symbolique. Et heureusement, d’ailleurs.

Parce que le système judiciaire est légal, qu’il dépend de la loi et que ses arrêtés sont exécutifs selon les termes définis par la loi et non pas parce qu’un groupe de citoyens (même animés de bonne volonté) l’aura décidé ainsi. Sinon, c’est la porte ouverte à tous les abus. On instaure un « tribunal populaire » dans une commune sans contrôle de la loi, sans possibilité d’appel, avec tous les règlements de comptes personnels que cela peut générer, etc.

Je porte plus d’espoir de ce coté-ci : https://www.patrickhuet.net/bill-gates-poursuivi-par-des-avocats-le-mecanisme-de-loppression-covid-devoile/ et davantage encore au Grand Jury instauré par l’avocat Reiner Fuellmich, un procès mondial diffusé en direct par vidéo et réunissant les plus grands experts sous la direction d’un véritable magistrat. Voir à cette adresse Grand Jury Reiner Fuellmich .

Quel avenir le common Law court ?

Le projet qu’il développe dans ses pages pour une justice plus équitable est très intéressant et mérite d’être lu. D’ailleurs, c’est ce qui devrait être les règles de lois impartiales dans le monde. Et ce que le Droit international vise en général (bien qu’il fasse parfois le contraire sous pression des lobbys).

Toutefois, attention, les décisions de ce tribunal populaire ne sont pas des décisions du système judiciaire. Ce sont des décisions émanant d’un collectif de citoyens.

Sur son site, il est fait mention qu’une douzaine de magistrats se réunissent pour établir cette décision, mais aucun nom n’est avancé. Et comme n’importe lequel d’entre nous pourrait affirmer la même chose, cela ne veut strictement rien dire. C’est peut-être vrai, c’est peut-être faux.

Pour ma part, je pense qu’il s’agit au, mieux, d’un petit groupe de personnes (au pire d’une personne seule) qui essaient de faire évoluer le monde de la justice. Et qui essaient de convaincre les membres de forces de l’ordre ou d’autres autorités à suivre les décisions de leur tribunal au sujet de certains des plus grands criminels de cette planète… parce qu’un pourcentage très important des autorités judiciaires actuelles a été corrompu par ces grands criminels.

Je ne demande qu’à être convaincu de l’inverse, mais pour l’instant, à l’étude de leur site, et de diverses recherches, c’est la conclusion que j’en ai tirée.

Obtenir de la crédibilité !

A mon sens pour que les décisions de ce collectif judiciaire obtiennent un certain crédit, bref qu’elles aient une véritable valeur, il faudrait au préalable que ces magistrats présentent leur nom, leur fonction, le barreau pour lequel ils exercent leur activité. A partir de là, oui, leur voix auront une importance.

Exactement comme pour le conseil scientifique indépendant. Des professionnels dont l’identité est réelle ainsi que la compétence.

Tandis que là, nous avons un tribunal secret qui délibère et lance des verdicts. Eh bien non, la justice ne fonctionne pas de cette façon. Et l’argument « beaucoup d’entre nous sont morts » pour se cacher derrière l’anonymat ne tient pas. Les membres du Conseil Scientifique Indépendant cachent-ils leur identité de crainte d’être traqués ou tués ?

Tel que présenté actuellement, ce « common Law Court », me fait plus penser une personne derrière son ordinateur qui lance une initiative personnelle. Je suis désolé d’avoir à écrire cela, mais c’est mon ressenti. (Le pire serait qu’il s’agisse d’une initiative pour entraver les actions du Grand Jury de Reiner Fuellmich qui, lui, est un véritable tribunal d’opinion publique avec de véritables avocats et magistrat intervenant à visage découvert, ceci pour créer des confusions comme seuls savent les conduire les professionnels de certains services gouvernementaux.)

Maintenant, si le common Law court souhaite me convaincre de l’inverse, il doit d’abord trouver suffisamment de magistrats courageux qui rendent leur identité réelle, qui filment leur procès en direct et les diffusent sur les différentes plateformes. Là, je serai convaincu, à la fois de l’existence de ces magistrats et de la justesse de leur procès.

La parole est à vous !

Abonnement au site de Patrick Huet.

Pour vous abonner au site de Patrick Huet et recevoir ainsi les dernières nouvelles.

Laisser un commentaire