Le site officiel de Patrick Huet

Présentation du recueil : « Le Printemps de Roubaix » .

Roubaix vu à travers les âges. Le printemps de Roubaix est le titre du deuxième poème géant de Patrick Huet et décrit -sous forme poétique- l’évolution de Roubaix depuis son origine jusqu’à nos jours.

Le Printemps de Roubaix livre de poésie écrit par Patrick Huet.

Plan de cette page.

1- L’origine et l’évolution de Roubaix.

2- La création du poème.

3- La recherche préalable d’informations sur Roubaix.

4- La naissance et l’essor de Roubaix.

5- Un jeu avec les Roubaisiens.

6- Correction du poème pour sa publication.

7- Note au sujet des participants.

8- Liste des participants au poème de Roubaix.

1- L’origine et l’évolution de Roubaix.

A l’aube du XXI° siècle, beaucoup ont oublié la fabuleuse épopée vécue par la ville de Roubaix.

C’était une cité flamboyante dont le nom était synonyme d’ouvrage de qualité, de travail d’excellence et dont l’industrie textile atteignait une renommée de niveau planétaire.

C’était loin d’être une banale ville qui produisait juste de laine et du textile. Ses ateliers dépassaient le simple cadre du filage et du tissage pour accéder au statut d’un art industriel qui franchit rapidement les frontières et fit de la ville l’une des deux capitales mondiales de la laine.

2- La création du poème.

Durant le printemps des poètes 2004, Patrick Huet répondit à l’invitation des responsables du Centre Commercial espace Grand-Rue à Roubaix pour entreprendre ce qui n’avait jamais été réalisé à ce jour, la composition d’un poème évoquant le passé et l’avenir d’une ville, ceci en contact direct avec les habitants qui pouvaient lui poser des questions ou lui faire part de leurs remarques.

Patrick Huet s’est donc installé dans la galerie du Centre et, dès le lundi matin, mit l’encre de ses feutres à l’épreuve du tissu qui lui servait de support d’écriture. En effet, l’objectif était de réaliser un immense poème qui battrait son précédent record et dont le thème serait le parcours de Roubaix à travers le temps.

3- La recherche préalable d’informations sur Roubaix.

Pour mener à bien cette entreprise, Patrick Huet s’est rendu sur place. Il a visité Roubaix dans ses grandes avenues comme dans ses petites rues et ses courées. D’abord seul pour s’imprégner du parfum de la ville sans a priori, puis accompagné par une personne de l’office de tourisme. Il a découvert ainsi un grand nombre de faits, très connus des Roubaisiens, mais pas forcément des nouveaux arrivants ou de ceux vivant au-delà du territoire.

4- La naissance et l’essor de Roubaix.

La naissance de Roubaix, qui ne portait pas encore ce nom à l’époque se dessina dans une grande plaine entre riezs (ruisseaux), prairies et marécages, dans un berceau d’herbes et de roseaux. Les siècles en passant saluèrent l’installation d’un manoir, puis d’un château et – surtout – son essor incroyable dans l’industrie textile qui l’entraîna sur les chemins de la célébrité.

La ville ne se cantonna pas dans la seule laine, son industrie textile en abordait tous les aspects. Bientôt on s’arrachait l’excellence de ses étoffes sur tous les continents, par avion ou par bateau.

Puis survint la concurrence féroce des pays à très faible coût de main-d’oeuvre.

Ce fut un désastre pour les filatures dont la plupart furent contraintes à la fermeture.

Surmontant cet effondrement économique, de nouveaux capitaines affrétèrent des vaisseaux d’un autre type et voguèrent vers des empires à inventer. Sur les sites des anciennes filatures sont nées La Redoute, Auchan, et d’autres entreprises d’envergure nationale ou supérieure.

Puis, une concurrence inattendue apparue, celle du numérique.

Mais les Roubaisiens ne manquent pas d’inventivité.

Ils ont relevé le défi de la chute des filatures, et désormais, ils sont prêts à se dessiner un nouveau futur, repeindre de nouveaux horizons de la couleur de leurs rêves, comme ils ont repeint la ville de nouvelles couleurs.

C’est de nouveau le printemps qui brille en le coeur de ses habitants. D’où le titre de ce poème : « Le printemps de Roubaix » .

Le renouveau de Roubaix.

C’est cette histoire que retrace Patrick Huet dans son poème, cette fougue de créativité qui fut au coeur de l’essor de Roubaix au fil des siècles antérieurs et qui sera au coeur de son essor de demain. Ou plus exactement d’aujourd’hui. Car c’est le renouveau d’aujourd’hui qui crée la prospérité de demain.

5- Un jeu avec les Roubaisiens.

Pour la création de cette œuvre impressionnante, un poème de 72 m de long (qui à l’époque était le plus long que l’auteur avait réalisé), Patrick Huet lança un jeu avec les Roubaisiens. Chaque visiteur pouvait lui soumettre un mot (concret ou abstrait, banal ou recherché…). A l’auteur ensuite d’affûter sa plume pour utiliser ce mot en tant que rime de l’un de ses vers.

La difficulté de l’opération.

La difficulté première : le poème devait respecter le thème initial, l’histoire et le renouveau de Roubaix.

Une difficulté accentuée par le fait qu’il s’agissait de vers classiques, en alexandrins (douze pieds) élaborés en strophes de dix vers (des dizains).

6- Correction du poème pour sa publication.

Cette performance littéraire se déroula en direct sous le regard des passants et parfois sous l’oeil des caméras de télévision (France 3) et celui des journalistes.

Le poème était donc composé sur le vif. Une spontanéité littéraire qui s’encrait de façon indélébile sur le tissu (employé comme support d’écriture). Une spontanéité qui, quinze ans après n’était plus d’actualité. Et lorsque Patrick Huet voulut publier son poème (jusqu’alors manuscrit) pour célébrer l’anniversaire de sa création, il remarqua dès la première relecture les innombrables défauts de cette création spontanée que le domaine littéraire appelle « premier jet » .

Publier tel quel ce premier jet était concevable durant les premiers jours de sa création, pas quinze ans après.

L’auteur releva donc ses manches de poète et lui apporta les corrections nécessaires pour transformer cette première mouture en une œuvre plus construite.

Il conserva bien entendu le cheminement déjà écrit, mais il modifia les passages incompréhensibles ou trop confus, et tenta au maximum de lui donner des rimes plus riches, des images plus belles, des élans de rhétorique plus enflammés… Et corriger les défauts qu’il n’avait pas perçus au premier jet. Par exemple des rimes inappropriées entre « é » et « ais » (dont le son est très différent, bien que certains le prononcent à l’identique, n’ayant jamais appris à les différencier).

C’est donc une œuvre retravaillée en profondeur qui se présente devant vous.

Note. Il va sans dire que tous les mots proposés par les Roubaisiens furent conservés, même les plus ardus (pour un poème portant sur une ville) tels que gypaète, tungstène… des termes que le poète n’aurait jamais pensé à utiliser et dont l’occasion lui fut offerte au cours de ce défi.

D’autres mots très longs déséquilibraient forcément les vers, il revenait à Patrick Huet d’exercer la finesse de son art pour l’absorber au mieux.

7- Note au sujet des participants.

Vous trouverez ci-dessous la liste complète des participants qui acceptèrent de mettre l’auteur au défi en lui soumettant un mot

N. B. Rappelons que ces participants n’ont pas écrit le poème. Il ne s’agit pas d’une œuvre collective, le poème ayant été entièrement composé par Patrick Huet.

Les participants ont néanmoins joué un rôle important. Leurs propositions furent précieuses, car les mots qu’ils ont soumis à Patrick Huet ont guidé la plume de l’auteur sur des voies qu’il n’aurait pas empruntées autrement.

Sans leur participation, le poème aurait été rédigé différemment.

Un seul exemple, si personne ne lui avait proposé le mot « gypaète », il n’aurait pas songé à évoquer le vol des oiseaux au dessus de la ville. Et comme ce terme arrivait au moment d’un passage où le poète parlait de tissu et de l’extraordinaire qualité des étoffes de Roubaix, l’auteur aiguisa ses perceptions pour restituer la formidable valeur de l’industrie textile en relation avec les oiseaux.

Une dextérité à peine envisageable. En voici l’extrait concerné.

Dans le ciel azuré, les fougueux gypaètes

Jalousaient les tissus et leurs trames secrètes

Dont les fils assemblés d’artistiques manières

Avaient plus de velours que leurs plumes entières

Comme vous le voyez, le poète revient à son thème quelque soit le mot proposé si éloigné fut-il avec le sujet (l’épopée de Roubaix)

Ce poème est né de la main de Patrick Huet, mais aussi du sourire offert par les Roubaisiens au cours de cet échange avec le poète.

8- Liste des participants au poème de Roubaix.

Ci-dessous la liste des personnes ayant participé au jeu avec le poète ainsi que le mot qu’ils ont proposé.

Classement par ordre alphabétique. D’abord par nom de famille, puis ceux n’ayant laissé que leur prénom, puis ceux ayant souhaité resté anonyme.

En résumé : Nom, prénom (quand il y en a, et le mot proposé.

A

ALKAMER : destin

AYMEN : voile

AZZOUZ Leila: échanges

B

B. Angélique : innocents

BAGIDI Hena : rêver

BARKA : héritier

BECHAR Sue-Helen : joyeux

BELFODIL Ouardia : soleil

BENDAIBAH : Zeralda

BERNARD Stacy : bonheur

BONNOT Joëlle : amertume

BOUATT David : compassion

BOUSTA Lilas : amitié

BOUZOUR Mohamed : Saveurs inoubliables

BRASCO Donnie : Amitié

C

CARVALHO Manuella : courageuse

CHABLA Djouler : diaphane

CHADLI : intarissable

CHEA Linda : pensées

CHERIFI Saïd : la vie

CHURCH Jane : rayons

CZAIKA Corinne : maman

D

DA COSTA Manuel : croire

DAQUIN Arila : passion

DECOCK Julie : pétrir

DECRUYHAERE : solution

DEHMANI Nora : femme

DEJANGHE Aurore : étouffer

DEKAEZEMACHER Kathy : respect

DELPLANQUE Jacques : Une fille amoureuse

DESCAMPS Gwendoline :abstraction

DESLOOVER Priscilla : poupée

DESTRUMELLE Aurélie : désespoir

DOCQUOIS Cédric : La pluie et le beau temps

DON CARLOS : callipyge

DUBAST Emilie : ange

DUBOILLE (Monsieur) : tungstène

DUCROCQ Christophe : cheminées

DUPUIS Philippe : coquelicot

E

EVAIN : menhir

F

FELLAHI Charlotte : amitié

FERRERA Alexandre : Qui chante

FOURNIL Frédérique : champions – renommée

G

GAYET Marie-Henriette : passage

GELDHOLF Philadelphia : Coeur

GOUTAGNY Marjolaine : sculpter

GRIMMELPONT Camille : fée

H

HADJARI Khadidja : Changement et Vie

HADJARI Khadidja : lumière

HAKIMA Meriem : déchue et destin

HAMADI Salima : rencontre

HAMID K : équité

HAMMANI Samira : cadeaux

HAMMANI Sana : richesse

HERBAUT Jennifer : scoubidou

HUSSAIN Brigitte : cuisine

K

KARRAZ Kamel : tendresse

KELTOUN : infidèle

KHADIDIATOV Soraya : Feu d’artifice

KHITER Nadia : partage

KHOBEZAOUI :Farida sincère

KIESNADIA : partage

L

LAHOUSSE Sophie : amant

LAKROUF Malika : pluri-culturelle et citoyenneté

LATOUR Anaïs : solitude

LEHOUK Françoise : Talloire- fontaine

LEON Laura : avantage

LEROY Anita : poète

M

MAIARAME : Amitié

MANSOUR Hamza : M’sila

MAZARI Sabrina : haine

MEZARI Dalila : Madex

MILOUDI Fatia : liberté d’expression

MISSI Aziza : bébé

MISSI Samira : fleur

N

NIERICKLO Elodie : beauté

NORIA Nadia : Sagesse

P

PAKULA Joëlle : rédemption

PAUCHON Rébecca : gentillesse

PRUVOST Cathy : mère

PRUVOST Cathy : loup

PUJOL Abdel : désespoir

Q

Q. Karine : incompréhensible

S

SAADI Faïza : mimer

SEHAILIA Sonia : Alma

SEKOURA : sensible et Dalal

SOUSSI Férial : sensualité

SPILEERS Lucie : quel bonheur

STELANDRE Sabine : Lucien le chat

T

TAOUS Nacer : trophée

TESTELIN Olivier : Eternellement

TRINQUET Charlotte : libre

U

UNIT Atahy : charmant

VABNHEMS Sophie : éclat

V

VALLERIE Nicole : s’éclater

VANHAEBOST Jessica : Amour

VANWALLEGHEM Alisson : soleil

W

WAEHBAR Alexandre : empathie

WALTERS Céline : Tendresse et cristal

WIESTRACH Martine : gypaète

Z

ZAOUI Hamar : rose

Participants n’ayant donné que leur prénom.

** Aïssa : humour

** Alicia, collège Baudelaire : courageuse

** Amandine : éclosion

** Amédée : désarrois

** Ana : joyeux

** Anaïs : amour

** Anne et Florent : étoiles

** Aurélie amour

** Aurélie : vivre

** Brittany : poème

** Chantal : sérénité

** Erielle : sacrifice

** Farah : sincèrement

** Hanifa : naissance

** Inès : école

** Imail : Etoile

** Leslie : vivant

** Linda et Samia : graal

** Lavedana : rage

** Lydie : passion

** Marie-Christine : enfant

** Marie-Claude : soleil

** Marius : lumière

** Mounia : emblème

** Mousse : amitié

** Nabila : tendrement

** Ornella : Liberté

** Peggy : monde

** Salim : bravoure

** Sandrine et Fanny : tendresse

** Séphora : chien

** Shéhérazade : Shéhérazade

** Soraya : vent

** Stéphanie : évasion

** Tari : snobisme

** Théa : fantaisie

** Tiphanie et Mafita : Je t’aime

** Vanessa : désir

** Yanis : Bisou d’amour

Participants anonymes.

? ? concupiscence

? ? dépression

? ? vérité

? ? conciliabules

Fermer le menu
×
×

Panier