Interview exclusive de Laetitia.

En cette belle journée de printemps, nous avons le plaisir de rencontrer Laetitia. Ce fut un grand honneur pour nous de la recevoir et de lui poser toutes les questions qui nous tiennent à coeur.

Début de l’entretien avec Laetitia.

Patrick Huet : Bonjour Laetitia. On dit que tu possèdes les pouvoirs d’une sirène. Est-ce vraiment le cas ?

Laetitia : C’est vrai. Je possède le pouvoir de me transformer en sirène lorsque je pénètre dans l’eau. Toutefois, cela n’est pas automatique, car je peux choisir de nager en restant avec ma forme humaine ou alors de me changer en sirène. Cette possibilité de me transformer ou pas est vraiment essentielle. Cela me permet de vivre normalement avec les autres personnes, quand je me baigne à la plage par exemple. Sinon, quelques-uns pourraient être effrayés. Ou alors, on me regarderait comme quelqu’un de particulier, dans le sens où l’on n’oserait plus me parler, alors que tout ce que je souhaite, c’est de vivre comme les autres. Tandis que là, en choisissant de conserver ma forme habituelle, je suis tranquille.

Patrick Huet : A quel moment choisis-tu de te métamorphoser en sirène ?

Laetitia : quand je suis seule. Je pense que la société n’est pas encore totalement prête à se conduire d’une façon normale envers des personnes qui ont des pouvoirs qui sortent de l’ordinaire. Mais, je pense que cela sera pour bientôt, car le monde change vite.

En attendant, je préfère rester discrète. Je nage sous ma forme de sirène aussi bien à la mer que dans les lacs ou les rivières. Je choisis en général un endroit abrité des regards où je peux évoluer en toute liberté. Sinon, à la plage, quand il y a du monde, je conserve ma forme humaine. C’est plus simple pour tout le monde.

Patrick Huet : A quel moment t’es-tu rendu compte de tes pouvoirs de sirène ?

Laetitia : Depuis toute petite. En fait, c’était vraiment par hasard. Bien sûr, j’aimais déjà beaucoup me baigner dans la mer ou ailleurs, mais comme je te l’ai dit, je ne me transforme pas automatiquement. Ce qui fait que durant mes premières années, je ne m’étais aperçue de rien… jusqu’à ce qu’un événement extraordinaire fit surgir cette faculté de métamorphose qui était déjà en moi et dont je ne savais rien. Quand j’ai découvert cela, j’en étais ravie… Nager à la vitesse de l’éclair à travers les eaux, c’est quelque chose de merveilleux.

Patrick Huet : As-tu déjà rencontré d’autres sirènes ?

Laetitia : Non, pas encore. J’espère de tout coeur en croiser une un jour. Nous aurions des quantités de choses à nous raconter. Lorsqu’on se déplace dans l’eau aussi vite que moi, on parcourt des distances fantastiques en quelques secondes. On découvre aussi des phénomènes inconnus au fond des mers, des animaux étranges et même des trésors.

J’ai entendu parler de quelques sirènes dont le métier est de faire des spectacles sous-marins. Je pense notamment à Galatée (en France), mais il y en a d’autres ailleurs. Je ne les ai jamais vues. J’espère cependant que nous aurons l’occasion de nous rencontrer. J’aurais beaucoup d’aventures à leur raconter.

Patrick Huet : Laetitia, aimes-tu la lecture ?

Laetitia : Oui. J’aime beaucoup lire. J’ai adoré par exemple les aventures d’Archibald le grillon ainsi que les aventures de Clémentine dans le livre « Clémentine la petite savante ». Clémentine est pétillante, espiègle, toujours pleine de projets d’invention. En bref, tout ce que je ne suis pas. C’est peut-être pour cela que j’adore ses histoires. Moi, je suis plutôt rêveuse. Je serais bien incapable de mettre au point de grandes inventions comme le fait Clémentine. En revanche, j’ai d’autres qualités, dont celle de me transformer en sirène.

Patrick Huet : tu as rencontré beaucoup de personnages extraordinaires, des elfes, des dryades… Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?

Laetitia : Oui. C’est une chance fantastique que d’être une sirène, car on peut ainsi percevoir ce que les autres ne voient pas. Sans oublier que mes propres déplacements sous forme de sirène m’ont amenée à rencontrer des personnages que l’on croit disparus depuis longtemps ou que les gens pensent être des personnages légendaires.

Je suis amie avec des elfes de différentes natures, des elfes des bois ou des elfes des airs. Je connais aussi une dryade qui habite non loin de chez moi et à qui je rends visite parfois. Une de mes grandes amies, aussi, s’appelle Faline. C’est une fille de lune, c’est-à-dire qu’elle n’apparaît que dans la lumière de la lune. J’ai fait sa connaissance en Normandie alors qu’elle était emprisonnée dans une machine diabolique qu’un scientifique avait construite pour la capturer.

Patrick Huet : Je m’en rappelle, en effet. Cette histoire formidable est racontée ici : Laetitia et Faline la fille de Lune... Une aventure incroyable, et pourtant, elle s’est déroulée tout récemment. A propos, Laetitia, puisque nous parlons d’aventures, quelle nouvelle aventure aimerais-tu entreprendre si tu en avais la possibilité ?

Laetitia : J’aimerais faire comme toi la descente du Rhône, et aussi la descente de la Seine. Pas à pied cependant, car je suis une sirène, mais dans l’eau. La descente de la Seine à la nage, voilà qui me plairait beaucoup, pour découvrir ce fleuve qui appartenait autrefois à Séquana. Je nagerais de la source de la Seine jusqu’à la mer, pas à la surface, mais en plein milieu des eaux dès que la profondeur sera suffisante. Un jour, je ferais ce voyage, en souvenir de Séquana et des filles de l’eau qui y vivaient autrefois.

Toi, tu as connu la Seine de l’extérieur, en marchant le long des berges, moi, je voudrais la connaître de l’intérieur. Quand j’aurais fait ce voyage, je viendrais te voir. Ensuite, nous nous raconterons ce que nous avons vu. Ce sera passionnant.

Patrick Huet : C’est une excellente idée. Je serais enchanté de t’accueillir à nouveau et de discuter avec toi de nos découvertes respectives. Ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit une sirène. Ce fut un grand plaisir pour moi de te parler, et pour nos lecteurs également. Merci Laetitia

Laisser un commentaire