Séquana l’héroïne de fiction

Présentation de l’univers de Séquana, l’héroïne de fiction.

(À ne pas confondre avec la déesse historique)

Plan de cette page.

1- Présentation de Séquana.

2- Qui est Séquana ?

3- Quelle est l’apparence physique de Séquana ?

4- Quelle est sa demeure ?

5- Quels sont les pouvoirs de Séquana ?

6- Son point faible.

7- Ses combats.

8- Les amis de Séquana.

9- Les filles de l’eau.

10- Pour aller plus loin.

************

1- Présentation de Séquana.

Séquana est le personnage central d’une série d’ouvrages de fiction élaborés par Patrick Huet.

Le premier titre actuellement paru s’intitule « Séquana la légende de la Seine » dont l’action se situe à l’époque des premiers Gaulois.

Séquana étant l’un des personnages phares de Patrick Huet, nous vous proposons d’en découvrir davantage à son sujet. Nous parlons bien sûr de Séquana, l’héroïne de fiction (à ne pas confondre avec la divinité historique).

2- Qui est Séquana ?

Séquana est ce que les Gaulois de son époque appellent une fille des eaux, autrement dit une sirène.

Tous les Gaulois ne connaissent pas le terme de Sirène. Seuls les plus instruits, les druides, les bardes et les chefs de tribus la nomment ainsi. Les autres la désignent simplement par l’expression générique « fille des eaux ». Car l’eau est son univers, l’essence de sa vie.

3- Quelle est l’apparence physique de Séquana ?

Séquana se présente sous la forme d’une jeune femme aux longs cheveux bruns. Son visage est fin et ses yeux bleus sont pareils à deux éclats de ciel pur. Elle n’est pas très haute de taille, mais son allure est élancée.

Elle se déplace sur deux jambes. Elle maîtrise toutefois son aspect physique et peut à volonté transformer ses jambes en queue de poisson si elle le souhaite. Elle n’en a cependant pas besoin pour nager. Elle se déplace dans l’eau aussi rapidement avec une queue que sans queue.

Elle préfère donc apparaître et se déplace sur deux jambes.

4- Quelle est sa demeure ?

Séquana réside à la source d’un petit ruisseau qui s’élargit très vite et se jette 700 km plus loin dans la mer.

Les Gaulois ne connaissent pas le terme de fleuve. Ils appellent ce cours d’eau « la rivière » ou encore « La Séquane ».

Séquana habite dans une grotte magnifique et très vaste située à la source de la Séquane. La rivière naît dans sa grotte où l’eau est recueillie dans un large bassin avant de sortir à l’air libre.

La grotte, de larges dimensions, est aménagée avec goût. Ses parois sont incrustées d’un type de cristal qui émet une lumière douce et continuelle.

5- Quels sont les pouvoirs de Séquana ?

Séquana n’est pas une sirène ordinaire. Elle est dotée de pouvoirs inconnus de la plupart de ses soeurs.

Modifier son apparence.

Elle peut se modifier son apparence physique et se déplacer avec ou sans queue, ce qui est l’apanage des plus puissantes sirènes.

Pourtant, ce n’est là qu’un don mineur comparé à ses véritables capacités.

La perception de tout ce qui se passe sur l’eau.

L’eau est son univers, et encore plus que cela. C’est comme une extension de sa personne. Lorsqu’elle porte son attention sur l’eau et se concentre sur les flots, elle ressent tout ce qui se déroule le long des berges de la Séquane. Elle perçoit alors tout ce qui s’y passe – le chevreuil qui s’y abreuve, les barques qui la sillonnent, les roches qui chutent des berges, les conversations humaines ou celles des bêtes.

Lorsque son coeur s’unit à la rivière, le son, la vue, l’odorat, le tactile… ces perceptions sont les siennes le long des flots et lui dévoilent ce qui s’y passe de la source jusqu’à la mer. En ces temps de fusion avec l’eau, elle n’est plus alors une simple sirène, mais s’approche davantage d’une déesse.

Le pouvoir sur l’eau.

Un autre aspect extraordinaire de son pouvoir. Elle possède la maîtrise totale de la rivière, et de l’eau en général sous forme de lac ou de rivière.

Par sa seule volonté, elle arrête son cours ou l’accélère, fait s’élever la rivière en une muraille ou le fait déferler en trombe sur les berges ou sur ses ennemis.

Séquana est la rivière ! et les eaux lui obéissent.

Invincibilité.

Lorsqu’elle évolue dans l’eau, ou qu’elle se trouve en contact avec de l’eau, elle est invincible. Aucun humain, aucun animal ne sauraient la vaincre. Autant sa force est celle d’une jeune femme quand elle foule la terre ferme, autant elle est incommensurable qu’elle est dans l’eau.

Immortelle.

Comme toutes ses soeurs, Séquana n’est pas affectée par le passage du temps. Le flot des ans coule autour d’elle sans la frôler. Dix ans ou cent ans ne l’altèrent en rien, elle reste invariablement la même.

La première histoire de Patrick Huet « Séquana la légende de la Seine » évoque des faits concernant Séquana qui s’étaient déroulés mille ans auparavant.

Bien que cela ne soit pas mentionné dans ce livre, l’on devine que Séquana vivait déjà bien avant ces mille ans.

6- Son point faible.

Au contact de l’eau, Séquana est invincible. Dès qu’elle sort de l’eau et s’en éloigne physiquement, ses pouvoirs l’abandonnent.

Ce point faible, connu de ses adversaires, avait failli autrefois provoquer sa perte. Mais elle a su déjouer à temps leurs pièges.

7- Ses combats.

a- L’armée des hommes.

Dans « La légende de la Seine », Séquana réside à la source d’une rivière nommée « La Séquane » . Elle en protège les alentours pour y préserver un havre de paix.

Cette première histoire évoque des combats de jadis où les chefs de tribu se sont regroupés et ont lancé leurs armées à l’assaut de Séquana et de ses soeurs. Cet épisode s’était déroulé mille ans auparavant.

La raison de cette guerre ?

Les chefs de tribu, jaloux du pouvoir de Séquana et de quelques-unes de ses soeurs (très écoutées par ceux qui venaient leur demander conseils près des cours d’eau), ont entamé une lutte acharnée afin de les éradiquer du monde et s’approprier une mainmise exclusive sur leurs concitoyens.

En filigrane de cette histoire, il apparaît que ces armées avaient vaincu toutes les autres filles de l’eau, mais se sont fracassées contre Séquana, la plus puissante d’entre elles.

Ne pouvant l’abattre ni par la force ni par la ruse, ils ont lors interdit à quiconque de s’en approcher. Interdit de se rendre à la source, interdit même de prononcer son nom. Celui ou celle qui viole cette règle d’airain est abattu sur-le-champ.

Séquana, profondément affectée par la virulence des hommes (qu’elle avait pourtant soutenu chaque fois qu’ils avaient réclamé son aide) et par la disparition de ses soeurs, s’est retirée en sa demeure. Elle a dressé une barrière de protection végétale autour de la source et de la grotte. Les ronces, élevées grâce à son ascendant sur les plantes, sont imprégnées de sa magie. Ils ne s’ouvrent que sur son ordre.

Et comme nul ne peut pénétrer ni s’aventurer dans ou sur le ruisseau sans qu’elle ne le sache immédiatement, sa grotte est inaccessible à toute armée.

Pour accentuer cette protection, elle a dressé également une barrière optique, une suite d’illusions qui égare la vue. Aucun regard ne peut déceler la présence de sa grotte à la source.

Depuis près de mille ans, Séquana vit ainsi retranchée du monde des hommes dont l’ingratitude et la folie l’ont blessée.

Elle n’en demeure pas moins en contact avec la nature, et continue à converser avec les animaux et le monde végétal.

Les siècles ont apaisé son chagrin et la perte de ses soeurs.

Un millénaire après ce drame et ces batailles, il n’en subsiste qu’un léger dépit et un souhait de rester à l’écart des manoeuvres tortueuses du peuple des hommes.

b- Les Saurienks.

Bien avant que les hommes n’apparaissent, un autre peuple dominait ces terres.

Tout comme les humains descendaient des primates, les saurienks descendaient tout droit des anciens dinosaures.

Ce n’étaient pas des dinosaures, mais ils partageaient avec eux un ancêtre commun. Ils en possédaient la férocité, le désire acharné de détruire, de déchiqueter ceux qui n’étaient pas des leurs.

Le règne des Saurienks avait généré une période de sauvagerie sans nom.

Quoiqu’armés de griffes, de crocs et d’un cuir impénétrable, ce n’étaient pas pour autant des bêtes. Ils étaient dotés d’intelligence, de la capacité de raisonner et de parler. Ces atouts accompagnés d’une résistance exceptionnelle et d’une sauvagerie indomptable en faisaient des adversaires quasiment impossibles à défaire. Ils balayaient tout sur leur passage. Leur unique obsession : la destruction de l’autre. Le monde chavira dans une terreur épouvantable sous le poids de leur folie.

Séquana, ses soeurs et d’autres alliés les avaient combattus. Ce fut une guerre terrible, mais la coalition des sirènes mit fin à leur domination.

8- Les amis de Séquana.

Dans la première histoire « Séquana la légende de la Seine » , le seul ami qui partage ses jours et ses confidences est un oiseau bleu. Son nom : Fétille.

Il vivait déjà dans le domaine de Séquana avant qu’elle ne se retire dans sa grotte aux cristaux lumineux.

Lui aussi ne connaît pas le passage du temps.

Il zébrait les cieux bien avant l’apparition des humains. Sa mémoire est sans faille et ses conseils toujours justes. Il possède le don de la parole.

Ses souvenirs remontent à un temps où même les Saurienks n’existaient pas.

Nul ne connaît son âge, mais les filles de l’eau s’accordaient autrefois sur le fait que son existence dépassait le million d’années. Jalaoux de son secret, il n’avait jamais confirmé ni infirmé leur supposition.

9- Les filles de l’eau.

Autrefois, du temps où l’air était léger et les êtres simples, d’autres filles de l’eau s’épanouissaient dans la contrée.

Séquana les appelait ses soeurs.

Chacune des sirènes résidait à la source d’une rivière et y avait établi un domaine qu’elle protégeait. Un sanctuaire pour tous ceux désireux de passer quelque temps hors du bruit et des cahots du monde.

Séquana était la plus puissante des sirènes. L’on rapportait qu’elle était aussi la plus belle, mais nul ne l’a jamais entendu se vanter ni de l’un ni de l’autre de ces titres.

Les filles de l’eau avaient pour souci de maintenir la paix en leur domaine et sur la contrée. Elles répondaient volontiers aux questions du peuple des hommes, les guérissaient lorsque cela était possible et les guidaient de leurs conseils.

Du temps de leur présence, une ère de paix et d’allégresse avait régné sur toute la contrée, des montagnes jusqu’aux portes de la mer.

10- Pour aller plus loin.

Pour découvrir la première histoire de cette série, cliquez sur « Séquana, la légende de la Seine » .

Pour en savoir davantage sur les autres livres de Patrick Huet consacrés à Séquana, une page les présente. Cliquez sur « livre » .

Une page présente aussi la déesse historique, celle qui était vénérée par les Gaulois, cliquez sur « déesse de la Seine » .