Les bêtes sauvages

Les bêtes sauvages du pays de Petite Fleur des Champs.

Plan de cette page.

1 – Présentation générale de la faune.

2 – Les bêtes amicales.

3 – Les bêtes dangereuses.

4 – Les fauves.

5 – Les créatures hybrides.

(hommes-chacals et hommes-fauves)

1 — Présentation générale de la faune.

Sur les terres où vit Petite Fleur des Champs, cette jeune Indienne de la tribu des Inikawas, co-existent des quantités innombrables d’animaux dits sauvages.

Sauvages, car non domestiqués et vivant librement dans la nature. Ils sont d’autant plus nombreux et prolifiques que les aventures vécues par Petite Fleur des Champs se déroulent voici 40 000 ans, peu avant l’établissement des premiers Indiens en Amérique du Nord, alors que cet immense territoire est à peine connu des hommes.

Les bêtes de nature dangereuse.

Nous n’évoquerons pas ces gentils animaux qui abondent sur le territoire, et qui sont communs à bien d’autres régions de la planète (rongeurs, oiseaux, poissons, etc.).

L’objectif ici est de mettre en relief les animaux qui ont un rôle important dans les aventures de Petite Fleur des Champs, ou encore ces bêtes féroces et autres créatures sauvages dont la nature est autrement plus menaçante et qui, par leurs griffes, leurs crocs ou autre défense, peuvent constituer un danger immédiat.

Ces bêtes sauvages, dans tous les sens du terme, et notamment par leur férocité, croiseront la jeune Indienne, héroïne de nos romans, à un moment ou un autre au cours de ses diverses aventures.

Ces bêtes, dangereuses par leur nature et leur comportement, présenteront un défi pour Petite Fleur des Champs. Car la grande Prairie est loin d’être exempte de tout danger pour qui voyage seul et à pied à travers ces contrées sauvages.

N. B.

N’oublions pas que ses aventures se déroulant 40 000 ans avant notre ère, la faune présente quelques différences avec celle de notre temps, des animaux aujourd’hui disparus interviendront dans certaines histoires.

2 — Les bêtes amicales.

Le condor géant.

Il s’agit donc d’un condor (un grand rapace au plumage noir), similaire à ceux qui vivent aujourd’hui sur les sommets des Andes (Amérique du Sud). À un détail près : sa taille phénoménale qui dépasse les quatre mètres d’envergure.

Ses pattes sont si robustes qu’il peut enserrer un homme adulte entre ses serres et l’emporter vers son nid.

C’est un donc rapace, un chasseur.

Il ne s’attaque pas aux hommes, d’ailleurs fort rares à cette époque, mais concentre sa chasse sur des herbivores ou d’autres rapaces de taille plus modeste.

Il s’attaque volontiers aux jeunes bisons, mais quand la faim le ronge, il s’enhardit parfois à frapper un bison adulte isolé de son troupeau. Ce qui arrive très rarement, les bisons étant de taille à se défendre avec rage.

S’il figure dans le classement des bêtes amicales, c’est pour une raison bien précise.

Il est vrai que du fait de son envergure, de sa force exceptionnelle et des armes redoutables dont la nature l’a doté (serres et bec gigantesques) c’est un animal particulièrement dangereux. Mais il est aussi le symbole protecteur des Inikawas dont la sculpture orne le sommet du totem dominant les tipis.

Cet animal fantastique intervient dans la première aventure de Petite Fleur des Champs (La Pierre de Soleil). Nous n’en dévoilerons pas l’histoire, mais son intervention sera essentielle. Il apportera une aide précieuse à notre jeune héroïne.

Petite Fleur des Champs ne le sait pas encore (car cela sera révélé dans un autre roman), mais ce n’est pas par hasard que les Inikawas ont adopté son emblème. Il existe un lien entre lui et les premiers d’entre eux qui ont fondé la tribu.

3 – Les bêtes dangereuses.

Sous cette rubrique se classent des animaux qui, dans la Grande Prairie, représentent un danger pour le voyageur imprudent.

3-1 Les bisons.

Ces grands herbivores ne chassent ni l’humain ni un quelconque autre animal de leur territoire. Ils ne s’intéressent qu’aux herbes qu’ils broutent allègrement.

Cependant, ils constituent le danger le plus ravageur de la Grande Prairie. Leur taille (deux fois plus larges qu’un cheval, plus haut qu’un homme à leur garrot), leur poids (les plus anciens dépassant les deux tonnes) et leur nombre (certains troupeaux comptant dix mille individus) les rend redoutables lorsqu’ils se déplacent en groupe.

Quand tout est tranquille, un homme peut traverser leur troupeau sans être inquiété. Ils sont d’ordinaire très calmes, mais certains événements (comme le feu par exemple) provoquent leur panique, ce qui se traduit par une fuite éperdue. Ce sont alors des milliers de tonnes qui défilent dans la prairie dans une avalanche de sabots qui écrase tout sur son passage. Une charge de bison ravage tout être vivant et toute végétation sur son passage.

Involontairement, donc, les bisons représentent le danger le plus grand, car nul ne réchappe à cet océan de sabots qui leur tombe sur le poitrail.

3-2 Serpents et vipères.

Il existe plusieurs espèces de serpents et de vipères. Leur nature diffère selon l’endroit.

La Grande Prairie est si vaste qu’elle touche par intermittence des zones sèches, voire désertiques. Là vit une espèce de serpent particulièrement venimeux.

Cela dit, par eux-mêmes, serpents et vipères ne sont pas agressifs, à moins qu’un événement ne les amène à attaquer.

Petite Fleur des Champs sait reconnaître, à l’oreille et à l’empreinte, la reptation d’un serpent, et sait l’éviter. Ce n’est pas pour autant que le danger s’en trouve atténué. Et dans « La Pierre de Soleil », elle sera plongée dans une des situations les plus difficiles, cernée par ces reptiles.

3-3 Les scorpions.

Ils ne vivent pas dans la Grande Prairie, mais dans une zone désertique qui la borde. Leur poison, d’une extrême violence, mène à la mort en quelques instants.

Ils frappent tout geste, tout mouvement.

Si le hasard vous conduit à proximité de l’un d’eux, seule une immobilité absolue peut vous sauver. Le temps qu’il s’éloigne.

Cet animal venimeux intervient dans « La Perle de Lune ».

4 – Les Fauves.

4-1 Le puma.

Le puma est un animal natif de ce continent qui ne s’appelait pas encore Amérique. C’est un carnassier qui chasse pour se nourrir

Il ne s’attaque pas à l’homme. Il a appris que les flèches les transpercent et que les tomawaks lui brisent les pattes. Il se garde donc d’approcher les groupes de chasseurs. Toutefois, en période de disette prolongée, il peut se tourner vers un humain isolé, surtout s’il est jeune.

S’il est peu impressionnant quant à la taille, il n’en reste pas moins un fauve.

Son habitat c’est la montagne. On l’aperçoit parfois bondissant sur les rochers des « Monts du Couchant ».

4-2 La panthère noire.

Les panthères noires ne sont pas natives de la Grande Prairie, ni d’une région quelconque du continent.

Elles interviennent dans « Le Cristal de Lumière ». Elles font partie de l’équipage d’un des aventuriers venus d’Atlantide pour s’emparer du Cristal. Elles ont été dressées en vue d’exécuter les ordres de leurs maîtres, comme le ferait un équipage de chiens d’attaque.

Elles attaquent plus particulièrement la nuit où la couleur de leur robe dissimule leur présence.

4-3 Le tigre à dents de sabre.

C’est le prédateur le plus féroce du continent.

Sa sauvagerie et la puissance de ses muscles atteignent un tel niveau que les chasseurs d’Atlantis rêvent d’arborer sa tête en trophée. Beaucoup d’entre eux, avides de sensation (ou de richesse, car une tête vaut cher) sont venus pour le chasser.

Il en existait autrefois un grand nombre dans les montagnes.

Armés de laser, les chasseurs d’Atlantis les ont traqués dans tous les recoins. Ils pensaient les avoir tous abattus. C’était faux. Il en restait un, le dernier de son espèce, mais le plus puissant de tous. Sa taille dépasse tout ce que l’esprit peut imaginer, car ce tigre appartient à une espèce géante.

Ses proies habituelles : les bisons, les seuls à fournir le volume de nourriture que nécessite sa taille faramineuse. Ce qui ne l’empêche pas, de s’abattre sur les proies plus modestes qui traversent sa route

Le tigre à dent de sabre intervient dans le roman « La Pierre de Soleil ».

5 – Les créatures hybrides.

Les créatures hybrides qui interviennent dans les aventures de Petite Fleur des Champs viennent pour la plupart d’Atlantide.

La science dévoyée de cette île-continent a transformé certaines espèces animales pour en faire des hybrides, mi-homme mi-bête, à l’intelligence limitée, mais à la force, à l’endurance et à l’obéissance exceptionnelles. Ce qui en font des éléments précieux pour les aventuriers en quête d’opportunité.

Ils en louent quelques-uns (ou les achètent) à leur maître d’origine et les emploient dans leur troupe avant d’aborder le continent sauvage où vivent les Inikawas.

Les hommes-chacals.

Parmi ces créatures hybrides, nous avons : les chac-hommes au corps d’homme et à tête de chacal.

Leur corps puissant a été façonné et formé pour la guerre. La tête de chacal leur octroie la finesse de l’odorat de cet animal pour pister et retrouver leur proie (où la personne qu’ils combattent) où qu’elle se cache. Grâce à la science d’Atlantide, ils bénéficient de suffisamment d’intelligence pour s’adapter aux circonstances et aux ruses de la proie qu’ils traquent.

Ils interviennent dans le roman « La Perle de Lune ».

Les créatures transformées par magie.

Des créatures, mi-homme mi fauve, apparaissent dans « Le Cristal de Lumière ».

Ils sont humains dans le sens où ils se déplacent debout, sur leurs jambes. Pour le reste, ce sont des fauves : griffes, crocs, pelage et férocité.

Ils ont l’ordre de veiller sur le Cristal de Lumière et de garder les Cavernes d’Aural. Il arrive que leur maître en envoie quelques-uns sur la piste de celui qu’il veut abattre.

Petite Fleur des Champs va s’interposer lors d’un de leurs assauts pour sauver un petit homme qu’ils allaient mettre en pièce.

Ces êtres fauves, à la férocité sans mesure, n’ont pas toujours eu cette apparence. Il fut un temps où ils présentaient un visage humain. Ils ont été métamorphosés ainsi par un mage noir qui en a fait une armée dévouée à sa personne.

Conclusion.

Voici donc un aperçu des bêtes sauvages intervenant dans les trois premiers romans de Petite Fleur des Champs.

Pour découvrir ses aventures, les liens suivants vous conduiront vers deux pages présentant ces livres :

« La Pierre de Soleil ».

« La Perle de Lune ».

La jeune Indienne compte aussi des amis. Voici un lien qui vous les décrit. Cliquez sur : « ses amis ».