Ovnis au Moyen-Age

Rencontre du 3° Type au Moyen-Âge.

Thème : Des OVNIs au Moyen-Âge.

Cette histoire est basée sur un fait réel, un événement ayant lieu à Lyon, place du Change, au coeur du Moyen-Âge.

Á la fin de celle-ci, Patrick Huet reproduit les documents d’archives ayant guidé son écriture, accompagnés de leurs références précises.

Extrait de l’histoire.

… lorsqu’un beau matin de l’an de grâce 840 de notre ère, les Lyonnais virent un engin volant déchirer les brumes recouvrant la ville et se poser à l’actuelle Place du Change (dans le Vieux-Lyon) puis libérer trois hommes et une femme, un effroi sans borne les saisit. Une peur venue du plus profond de leur âme. Un seul cri jaillit de leurs lèvres comme le vaisseau repartait : « Sorciers ! »

« Sorciers ! » ce cri unique fit rapidement le tour du quartier et, dès que l’engin volant eut disparu derrière la colline de Fourvière, une colère foudroyante chassa la peur, c’était une fureur noire qui bloquait chacun de leurs mouvements, mais répandait aux alentours une malfaisance viciée. Même l’air paraissait empoisonné tant l’épouvante avait englué la place d’une brume de suie.

Soudain, une voix grêle et rocailleuse brisa la poix de cette atmosphère.

— Ne les laissez point s’échapper ! Des sorciers, ce sont des sorciers, des envoyés du démon ! Attrapez-les !

Étranges paroles, d’autant plus étranges que les trois hommes et la femme n’avaient pas entamé le moindre geste depuis leur arrivée. Ce qui n’empêchait pas la voix grêle de reprendre, hystérique.

— Par l’enfer, ils vont s’échapper ! Capons que vous êtes, laisserez-vous ces démons assassiner vos femmes et vos enfants ?!

Fouettés par ces injures, les visages virèrent du blême à l’écarlate ; la colère jusque-là emprisonnée dans les poitrines gronda dans les gorges et dénoua les membres. Le premier à s’avancer était grand et fort. Ceint d’un épais tablier de cuir, il levait droit devant lui une masse de fer et marchait à pas réfléchi vers les quatre voyageurs aériens.

— Que la couardise vous mange le coeur ! fulmina de nouveau la voix grêle. Quel genre d’hommes êtes-vous donc pour laisser des démons envahir votre ville ? Par le crucifix, avez-vous tous vendu votre âme à Satan !

Alors, une poignée d’hommes s’enhardit. On retrouvait là le boulanger et ses habits enfarinés, le boucher et son tablier bruni de sang et quelques autres personnages munis d’outils divers pouvant servir d’armes. De nombreuses têtes disparurent aussitôt des fenêtres et une foule bruissante s’assembla sur la place du Change. Elle entoura les quatre nouveaux venus, mais n’osa s’en approcher à moins de deux mètres.

La colère roulait toujours dans les entrailles, mais la peur reprenait le dessus. Cette peur terrible de l’inconnu, de ces pouvoirs horribles que l’on rapportait sur ces maudits sorciers. N’allaient-ils pas, tout d’un coup, inonder la place de feu, jeter les Lyonnais dans le désespoir et dans le sang ?

Une petite forme rabougrie, vêtue entièrement de noir, fichu noir sur les cheveux, robe noire sur le corps, chausses noires sur les pieds, cette forme rabougrie donc se fraya à coup de coude un chemin dans l’assemblée frileuse. Elle se plaça adroitement aux côtés du forgeron dont la masse de fer semblait collée aux doigts.

C’était une petite vieille au visage émacié, au nez crochu, les joues ridées comme une pomme flétrie. Les mains semblables à des griffes trituraient un bout de chiffon noir tandis qu’un regard méchant, fielleux, scrutait le quatuor au centre de la place.

— Sorciers ! crissa-t-elle sourdement.

Et chacun de reconnaître la voix grêle qui les invectivait depuis cinq minutes.

FIN DE L’EXTRAIT.

Où trouver cette histoire ?

Cette histoire est disponible en version papier ET en ebook.

Les deux sont disponibles sur notre boutique.

Pour en savoir davantage sur la version imprimée, et sur l’histoire elle-même, cliquez sur le lien suivant :  OVNI .